Entretien professionnel

Depuis le 7 mars 2014, la mise en place des entretiens professionnels est obligatoire pour tout employeur vis-à-vis de chacun de ses salariés. Cet entretien doit être organisé tous les deux ans, pour chaque salarié, et est exclusivement consacré aux perspectives d’évolution professionnelle des salariés en termes de qualification et d’emploi. Il remplace les différents entretiens qui existaient jusqu’alors.

 

Bénéficiaires

Il doit par ailleurs être systématiquement proposé au salarié qui reprend son activité après :

  • un congé maternité,
  • un congé parental d’éducation ou une période de réduction d’activité,
  • un congé de soutien familial,
  • un congé d’adoption,
  • un congé sabbatique,
  • une période de mobilité volontaire sécurisée,
  • un arrêt maladie pour affection de longue durée,
  • un mandat syndical.

 

Mise en œuvre

Vous devez informer vos salariés, dès leur embauche, de l’organisation des entretiens professionnels.

Tous les deux ans

Distinct de l’entretien d’évaluation, l’entretien professionnel est l’occasion de faire le point sur les perspectives d’évolution professionnelle du salarié : analyse des possibilités d’évolution, identification des besoins de formation ou de qualification, préparation du plan de formation de l’entreprise.

A l’issue de cet entretien vous devez remettre un document écrit au salarié retraçant vos échanges au cours de cet entretien.

A noter : l’entretien professionnel est un outil d’élaboration et d’évaluation du plan de formation de votre entreprise.

 

Tous les six ans

L’entretien professionnel donne lieu à un état des lieux  récapitulatif formalisé du parcours professionnel de chaque salarié. L’objectif est de vérifier que chaque salarié a bénéficié des entretiens professionnels et d’apprécier s’il a :

  • suivi au moins une action de formation ;
  • bénéficié d’une progression salariale ou professionnelle ;
  • acquis des éléments de certification par la formation ou la validation des acquis de l’expérience.

Cette nouvelle obligation est assortie d’une sanction dans les entreprises d’au moins 50 salariés.

Si au cours des 6 années, le salarié n’a pas bénéficié des entretiens professionnels et d’au moins deux des trois mesures visées ci-dessus, son compte personnel de formation est abondé de 100 heures supplémentaires (130 heures si le salarié est à temps partiel).

Vous devez alors verser à votre OPCA une somme forfaitaire calculée sur le base de 30 euros par heure.

Le salarié pourra alors utiliser ses heures pour se former sur temps de travail sans avoir à vous demander l’accord sur le contenu de la formation.

 

Coordonnées et horaires d'ouverture  du GRETA Arve FaucignY